Géopolitique des États-Unis PDF

La démographie des États-Unis est l’ensemble des données et études concernant la population des États-Unis à toutes les époques. Les États-Unis sont au troisième rang des géopolitique des États-Unis PDF les plus peuplés avec environ 325 millions d’habitants en 2016, derrière la Chine et l’Inde. Les États-Unis sont le premier pays d’immigration du monde.


Richesse et pauvreté, prédation et sanctuarisation, sécheresse et blizzard, interventionnisme et isolationnisme : l’Amérique est le pays des contraires, le pays du « tout ou rien », qu’on a souvent tendance à peindre à grands traits, ou même à dédaigner pour sa jeunesse et son absence supposée d’histoire. Dans un style accessible et engageant, les deux auteurs nous entraînent dans l’histoire des États-Unis sous toutes leurs facettes : géographie, sociologie, culture, politique, économie, diplomatie, sécurité, armée… À l’encontre des idées reçues, ils expliquent de manière pédagogique la diversité et la complexité de la première puissance mondiale. Les élections présidentielles de 2016 et la fin de la présidence de Barack Obama, dont la politique étrangère fut l’une des plus fines et des plus complexes de l’histoire américaine, incitent à dresser un bilan de la position américaine dans le monde. Un monde à la fois plus pacifique et plus conflictuel, avec moins de pauvreté extrême et plus d’inégalités, oscillant entre internationalisme et populismes. Cet ouvrage permet de s’extraire du bruit médiatique et des slogans, et de réfléchir aux enjeux de long terme qui occupent et préoccupent les États-Unis.

Selon la théorie dominante, l’arrivée des premières populations en Amérique remonte au Paléolithique supérieur. Venant de Sibérie, des chasseurs nomades auraient traversé le détroit de Béring, alors gelé, puis auraient peuplé le continent américain. Espagnols explorent et s’installent dans les régions du sud comme la Floride. Les peuplements de Ranaoke et de Popham sont abandonnés. Manhattan, futur site de New York. La Nouvelle-Angleterre est peuplée dans les années qui suivent par les Pères Pèlerins du Mayflower.

Elles accueillent en grande majorité des anglais protestants, pour la plupart puritains, les ancêtres des WASPs actuels. L’immigration européenne aux États-Unis est provisoirement interrompue par la Révolution américaine et les guerres napoléoniennes, entre 1775 et 1815. Vers 1750, la population de Philadelphie dépasse celle de Boston. L’esclavage s’est développé avant 1790 dans ces quatre colonies créées et défendues par la dynastie catholique Stuart : Maryland et Virginie dès les années 1670 et Carolines de façon plus progressive.

Saint-Domingue, lorsque la création de la ferme du tabac vise à évincer les petits planteurs de tabac, les grandes plantations à esclaves de la Virginie et du Maryland prennent leur essor, en vendant un tabac moins cher. La Géorgie a peu d’esclaves, seulement dans le riz, venus de Caroline, jusqu’en 1775. L’esclavage n’y prend son essor qu’après les progrès dans le coton en 1793. Mais dès 1790, des réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique s’y installent. 1790 ont lieu les premiers recensements par ville et par états, qui viennent d’une polémique nationale de grande ampleur sur l’esclavage et l’opportunité d’étendre la colonisation à l’ouest, alors qu’émerge une spéculation sur la culture de rente via les grandes plantations, qui commencent tout juste à faire leur apparition en Caroline du Sud. Il est alors décidé que le seuil de 60 000 habitants doit être atteint avant de créer un nouvel État. D’où la nécessité de recensements, qui servent aussi pour élire les députés.

En 1790, la première ville du pays est Philadelphie, portail des minorités religieuses vers l’État libre de Pennsylvanie et la Great Wagon Road, la route d’accès aux piémonts des Appalaches. La ville de Providence, sur le Rhode Island n’a été recensée qu’en 1800 avec 7 600 habitants. Sur ce demi-siècle, la population a progressé fortement pour atteindre 17 millions d’habitants, soit sept fois plus qu’en 1790. Les grandes gagnantes sont New York, qui devient la première ville du pays avec 312 000 habitants, dix fois plus que 50 ans plus tôt, devant Philadelphie, qui ne multiplie sa population que par 6,5, et La Nouvelle-Orléans, devenue troisième ville du pays avec 102 910 habitants, soit quinze fois plus que deux générations plus tôt. 1840, l’immigration en provenance d’Europe de l’Ouest et du Nord s’intensifie. Pendant la guerre de Sécession, le gouvernement américain fait venir des étrangers pour augmenter les effectifs armés.

This entry was posted in Romans et littérature. Bookmark the permalink.