Fernand Leger: Catalogue Raisonne De L’Oeuvre Peint, 1938-1943 PDF

8 décembre 1902 et mort à Paris le 11 septembre 1982. Lam poursuit le même combat que le poète martiniquais Aimé Césaire,  peindre le drame de son pays, la cause et l’esprit des Noirs. Wifredo Oscar de la Concepción Lam y Castilla naquit l’année de la proclamation de la république, après plus de trois siècles de domination espagnole. Le  l  de son prénom ayant disparu quelques fernand Leger: Catalogue Raisonne De L’Oeuvre Peint, 1938-1943 PDF plus tard à la suite d’une erreur administrative, il adopte complètement ce nouveau prénom de Wifredo.


Sa mère, Ana Serafina Castilla, née en 1862, est une mulâtresse descendant d’Espagnols et de Noirs du Congo déportés. Son père, Enrique Lam Yam, né vers 1818, est un chinois originaire de la région de Canton qui a émigré vers les Amériques. Son épouse lui survit jusqu’en 1944. Sagua La Grande est une petite ville sur la côte nord, centre sucrier de la Province de Las Villas. Antonica Wilson, dite Mantonica, une prêtresse très renommée de ce rite. Il apprend auprès d’elle les rudiments du culte et de ses mystères, sans jamais être initié. Elle lui ouvre un monde peuplé d’esprits et d’invisibles.

Lam fréquente une école publique dans un quartier populaire de sa ville natale et c’est dès l’âge de sept ans que naît sa vocation d’artiste et qu’il se passionne pour le dessin. En 1916, Wifredo et une partie de la famille s’installent à La Havane tandis que son père, déjà très âgé, reste à la campagne. Wifredo s’exerce au dessin et à la peinture dans les jardins botaniques de la ville. Il abandonne des études de droit pour suivre une formation artistique et devenir portraitiste.

Il est l’élève des peintres Leopoldo Romañach et Armando Menocal. De 1924 à 1926, à Madrid, il rejoint l’Académie royale des beaux-arts de San Fernando. Lam vit en Espagne de 1923 à 1938. C’est pour le peintre une longue période d’apprentissage et de recherches. L’Espagne est aussi pour Lam une terre d’expériences tragiques.

Il s’engage auprès des Républicains dès le 18 juillet 1936, participe à la défense de Madrid, puis travaille dans une usine d’armement. Lam quitte l’Espagne en mai 1938 pour Paris où il s’installe jusqu’en juin 1940. Ce séjour est d’une importance capitale. Il est accueilli par Picasso qui sera pour lui un  incitateur à la liberté .

Il peint beaucoup et Picasso lui témoigne son approbation et son soutien :  Je ne me suis jamais trompé sur toi. C’est pour cela que j’ai dit la première fois que nous nous sommes vus que tu me rappelais quelqu’un : moi . Cette affirmation artistique est aussi couronnée par deux expositions qui se déroulent à Paris et à New York en 1939. Après la défaite de la France en juin 1940, il quitte Paris et rejoint Marseille, en octobre, où sont réfugiés des intellectuels et des artistes hostiles au nazisme dont quelques surréalistes regroupés autour de Breton. En février 1941, l’Emergency Rescue Commitee que dirigent Varian Fry et Daniel Benedite, leur permet de quitter la France. Lam accoste Cuba en août 1941. Il se sent dépaysé dans son propre pays –  ce que je voyais à mon retour ressemblait à l’enfer  – révolté par la misère des Noirs sous le régime de Batista.

Tout le drame colonial de ma jeunesse revivait en moi . Ses toiles deviennent des armes qui dénoncent et contestent. La fin de la guerre est synonyme de voyages, de rencontres, de nouvelles découvertes. Et son œuvre est l’objet d’une reconnaissance internationale. Mouvement international pour un Bauhaus imaginiste, Internationale situationniste, etc.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.