Enquête sur les 219 articles condamnés à Paris le 7 mars 1277 PDF

Il considérait enquête sur les 219 articles condamnés à Paris le 7 mars 1277 PDF’âme dans chaque être humain comme une substance individuelle périssable, mais s’unissant à l’intelligence universelle dans l’acte de l’entendement. Ernest Renan, et ses principaux représentants furent Boèce de Dacie, Siger de Brabant et Jean de Jandun.


Tempier, évêque de Paris, condamne 13 articles aristotélico-averroïstes en 1270 et 219 propositions enseignées à la Faculté des arts en 1277, après les imprécations de saint Bonaventure contre les  philosophes . L’union de l’âme avec l’Intellect, agent divin, et son retour en lui après la mort. Ces deux derniers points entraînent la négation de l’immortalité personnelle et avec elle la négation du péché et de la responsabilité individuelle du pécheur. Paris avec Jean de Jandun notamment.

Jean de Jandun, collaborateur de Marsile de Padoue, tenta de rapprocher averroïsme et augustinisme. Vernia fut le maître de Pomponazzi. Medigo enseigna dans l’école de Padoue. Il fut l’un des maîtres de Jean Pic de la Mirandole, lequel exposa un certain nombre de conclusions  selon Averroès  dans ses 900 conclusions philosophiques, cabalistiques et théologiques. L’influence d’Averroès ne se limite pas au monde chrétien. C’est le cas de Gersonide dont l’œuvre représente la synthèse des deux penseurs.

L’influence d’Averroès le conduit à minimiser la part d’intervention divine dans la création. Cette démarche rappelle celle de Descartes, trois siècles plus tard et fait de Gersonide un authentique représentant du rationalisme médiéval. Se situant à l’opposé de la démarche de Gersonide, Albalag est un pur représentant de l’averroïsme juif. Plus encore, prophétie et philosophie sont soigneusement distinguées : la prophétie étant un objet de croyance et non de connaissance, la philosophie ne peut en pénétrer les mystères. Notons encore l’existence de Moïse de Narbonne, et Élie del Medigo, représentant juif de l’école de Padoue. Averroès coïncide avec la Nahda, la Renaissance arabe. Averroès comme figure de proue de toutes les aspirations modernistes et progressistes.

Pour ses penseurs, l’oubli d’Averroès est le symptôme du déclin intellectuel du monde arabe et du glissement vers un obscurantisme dont il importe de se libérer au plus vite. Cependant, la lecture de ces penseurs est très influencée par l’interprétation d’Averroès dans le monde occidental. Les représentants du courant sécularisant comme Farah Antoun et Zaki Najib Mahmud critiquent le bien-fondé de la démarche conciliatoire et prônent l’autonomie de la raison telle que la conçoit la science moderne. Inversement, les réformistes-fondamentalistes comme Muhammad Yusuf Musa et M.

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.