Eloge de la parole PDF

Chef-d’œuvre du théâtre français et universel, la pièce est en effet considérée, par sa dénonciation des privilèges archaïques de la noblesse et plus particulièrement de l’aristocratie, comme l’un des signes avant-coureurs de la Eloge de la parole PDF française, donc comme une œuvre politique et satire de la société inégalitaire et de la justice vénale d’Ancien Régime. Une troisième pièce viendra clore la trilogie en 1792 : L’Autre Tartuffe ou la Mère coupable. Le comte Almaviva : il joue au jeune premier libertin. Grand d’Espagne, il est aussi Grand Corregidor de Justice d’Andalousie, à Séville.


Avons-nous conscience de tout de ce que nous permet de faire la parole ? Utilisons-nous toutes les ressources de cette capacité extraordinairement et spécifiquement humaine ? C’est à la réponse à ces questions, moins triviales qu’il n’y paraît, que s’attache Philippe Breton dans ce livre, où il explore les immenses possibilités de la parole, à la fois sur le plan personnel et sur le plan social. Il montre comment, historiquement, la parole a progressivement constitué un espace de substitution à la violence, à l’exercice sans frein du pouvoir. Et comment les ressources de l’argumentation, mais aussi celles de l’objectivation des passions, ont permis de faire reculer, toujours plus, cette violence. Surtout, et c’est le principal objet de ce livre, il explique comment surmonter les obstacles qui s’opposent aujourd’hui au plein déploiement du pouvoir de la parole. Ce livre démontre comment chacun, sur le plan personnel, peut se réapproprier sa propre parole et comment le pouvoir partagé de la parole peut mettre un frein à la toute-puissance du pouvoir et à sa violence

La scène est dans son château d’Aguas-Frescas près de Séville. Chérubin : Filleul de la Comtesse et le premier page du Comte. Il est l’amoureux transi de la Comtesse. Personnage libertin et plein de vivacité. Bazille : Professeur de clavecin de la Comtesse. Don Gusman Brid’oison : Lieutenant de Justice de la ville et juge au tribunal du Corregidor.

Double-main : Greffier et secrétaire de Don Gusman. Un huissier-audiencier : Il ramène le silence à chaque fois que les discussions deviennent trop houleuses. Pédrille : il est le piqueur du Comte. C’est le matin des noces de Suzanne et de Figaro. Figaro, seul, comprend, à la suite de la révélation de Suzanne, la raison pour laquelle le Comte voulait l’éloigner du château. Il ne peut cacher son amertume de servir un tel homme et se remémore tout ce qu’il doit faire pour arriver à célébrer ses noces avec Suzanne ce soir. Bartholo et Marceline arrivent sur la scène.

Au passage, Figaro se moque du Docteur, qu’il a trompé et volé dans Le Barbier de Séville, et salue Marceline. Bartholo pour empêcher la noce, elle veut divulguer le chantage qu’exerce le Comte sur Suzanne, ainsi pense-t-elle, Suzanne ne pourra que refuser de céder au Comte et ce dernier empêchera le mariage pour se venger. Arrive Suzanne qui se moque de l’âge de Marceline. Chérubin annonce à Suzanne que le Comte l’a renvoyé, il est au désespoir car amoureux de la Comtesse, il ne pourra plus la voir, il prend en souvenir le ruban de nuit que Suzanne apportait à la Comtesse. Comte, Chérubin se cache derrière un fauteuil, le Comte propose de l’argent à Suzanne pour qu’elle cède à ses avances. Le Comte se cache en voyant arriver Bazile.

Ce dernier se croyant seul avec Suzanne la rudoie et prétend que Chérubin tourne autour d’elle, le Comte se montre et découvre Chérubin caché, il croit à un rendez-vous galant entre Suzanne et Chérubin ! Suzanne informe sa maîtresse, rêveuse et amère, des faits et gestes de Chérubin et du Comte. Arrive Figaro, qui expose son plan : pour lui  donner le change , il a fait adresser au Comte un billet anonyme l’informant que son épouse doit rencontrer un galant le soir même. Désarroi du Comte, qui se sent joué de tous côtés.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.