Edmond de Ginoux ethnologue en Polynésie française dans les années 1840 PDF

Nuku Hiva, également dénommée Nuka Hiva ou île Marchand, est une île située dans l’archipel des Marquises en Polynésie française. Nuku Hiva est la plus grande île de l’archipel des Marquises tant par sa superficie de 387 km2 que par sa population de 2 966 habitants en 2012. Tout comme le reste de l’archipel, Nuku Edmond de Ginoux ethnologue en Polynésie française dans les années 1840 PDF est une île volcanique formée par la crête émergée de volcans éteints depuis deux millions d’années. Le premier européen a avoir découvert Nuku Hiva est l’américain Joseph Ingraham, le 19 avril 1791, suivi deux mois plus tard par le français Étienne Marchand.


En 1813, lors de la guerre anglo-américaine de 1812, l’américain David Porter s’établit à Nuku Hiva. Il nomme l’île  Madison Island , en l’honneur du président américain James Madison, et construit un fort. Il tente de prendre possession de l’île au nom des États-Unis, mais se heurte à la résistance de la tribu des Taïpi. En juin 1835, l’aventurier français Charles de Thierry, qui vient de se proclamer roi de Nouvelle-Zélande, est de passage aux Marquises. Il annexe l’île de Nuku Hiva pour son royaume. Il y donne un drapeau azur et cramoisi, des armoiries et se déclare le roi Charles Ier. Il continue ensuite son voyage vers Tahiti, puis la Nouvelle-Zélande.

En 1843, Thierry, lors de l’annexion des Marquises par la France, tente de faire valoir ses droits et demande une indemnité,sans succès. Graphique montrant l’évolution de la population de l’île de Nuku Hiva depuis 1971. Démographie de Nuku Hiva depuis 1971. Nuku Hiva est l’île la plus peuplée de l’archipel.

2 132 dans la commune associée de Taiohae, 464 dans celle de Taipivai et 370 dans celle de Hatiheu. Les habitants parlent la langue marquisienne du nord et le français. L’activité économique principale de l’île est liée au tourisme qui s’est développé avec la création de l’aérodrome de Nuku Hiva. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.

Nuku Hiva a été visité par de nombreux artistes, notamment des écrivains, qui ont fait mention de leur expérience sur cette île. L’écrivain américain Herman Melville, s’enrôle à la fin de décembre 1840 à Fairhaven à bord du baleinier Acushnet qui appareille pour le Pacifique. Le Collier d’Anao qui se passe aux Marquises, dans l’Île de  Noukou-Hiva  vers 1848. Une très jeune  kanaque , qui par amour pour un officier français a marché sur un lieu tabou doit boire un poison mortel.

Alfred Métraux: Introduction à la connaissance de l’Île de Pâques, éditions du Muséum national d’histoire naturelle, Paris 1935, relatant les résultats de l’expédition franco-belge de Charles Watelin en 1934 et Thomas S. Barthel: The Eighth Land: The Polynesian Settlement of Easter Island, Honolulu University of Hawaii 1978. Pierre Lacour, De l’Océanie au Pacifique, Histoire et enjeux, France-Empire 1987 p. La population légale au 22 août 2012, Institut de la statistique de la Polynésie française. Vingt mille lieues sous les mers, Paris, J. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 23 octobre 2018 à 08:33.

Nuku Hiva, également dénommée Nuka Hiva ou île Marchand, est une île située dans l’archipel des Marquises en Polynésie française. Nuku Hiva est la plus grande île de l’archipel des Marquises tant par sa superficie de 387 km2 que par sa population de 2 966 habitants en 2012. Tout comme le reste de l’archipel, Nuku Hiva est une île volcanique formée par la crête émergée de volcans éteints depuis deux millions d’années. Le premier européen a avoir découvert Nuku Hiva est l’américain Joseph Ingraham, le 19 avril 1791, suivi deux mois plus tard par le français Étienne Marchand. En 1813, lors de la guerre anglo-américaine de 1812, l’américain David Porter s’établit à Nuku Hiva. Il nomme l’île  Madison Island , en l’honneur du président américain James Madison, et construit un fort. Il tente de prendre possession de l’île au nom des États-Unis, mais se heurte à la résistance de la tribu des Taïpi.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.