Documents épistolaires du palais de Mari, tome 2 PDF

Les jardins suspendus de Babylone sont un édifice antique, considéré comme une des Sept Merveilles documents épistolaires du palais de Mari, tome 2 PDF monde antique. Les jardins suspendus apparaissent dans les textes d’une poignée d’auteurs grecs et d’un Romain.


Ils ne manquent pas de poser des difficultés car il s’agit souvent de sources indirectes, des citations d’autres auteurs qui auraient été des témoins directs du monument mais dont les écrits originaux ont disparu. Bérose étant un prêtre originaire du grand temple de Babylone qui a rédigé un ouvrage très bien informé, les Babyloniaka, pour mieux faire connaître sa civilisation d’origine aux Grecs, il peut être considéré que le fait qu’il mentionne les jardins rend leur existence incontestable. Il apparaît ainsi que quelques auteurs semblent à la source des descriptions des jardins suspendus qu’ils auraient vu de leurs propres yeux : Clitarque, Ctésias et Bérose. Si on élimine le dernier pour les raisons évoquées, alors il ne reste plus que les deux auteurs grecs. Plusieurs questions ont donc été soulevées sur la crédibilité des auteurs grecs.

Plan mural de Babylone sous le règne de Nabuchodonosor II, sur le site touristique. Il aurait fait construire cet édifice pour son épouse, originaire de Médie, pays montagneux de l’Iran occidental, pour soigner sa nostalgie de son pays natal et de sa verdure, qui contrastait avec le relief plat et le climat aride de Babylone. Les descriptions des jardins suspendus, une fois comparées, ne sont pas toujours cohérentes même si certaines informations sont concordantes, d’autant plus que l’interprétation de leur vocabulaire pose parfois problème. Même si les récits reposent beaucoup sur des sources originales identiques, il y a quelques divergences.

D’après l’analyse des descriptions de Diodore, Strabon et Quinte Curce, il ressort que les jardins auraient au sol la forme d’un carré d’environ 120 mètres de côté. Diodore et Quinte Curce se rejoignent pour décrire un ouvrage aux murs épais propres à supporter le poids des jardins. Dans la description de Strabon, les piliers qui supportent l’édifice se rejoignent par des arcades voûtées. L’élévation des jardins se ferait avec plusieurs terrasses, peut-être en escalier. Diodore décrit un procédé complexe associant plusieurs couches de pierre, roseau, bitume et plomb mis au point pour éviter que l’humidité de la terre constituant la couche supérieure du sol des jardins ne se répande plus bas.

Sa description des galeries supportant les jardins est cependant moins claire. L’acheminement de l’eau vers les jardins en hauteur est un autre point intéressant des récits. Philon, le plus intéressé par les aspects techniques de l’édifice, décrit longuement le système des canaux servant à irriguer le parc. Du reste, comme dans les textes antiques ce monument n’apparaît qu’au sein d’une description de la ville de Babylone qui est la véritable merveille qui intéresse les artistes. Ses murailles sont également perçues comme une merveille.

Les représentations des jardins sont de ce fait peu nombreuses, et jamais isolées. Les zones fouillées des palais royaux du site du Kasr à Babylone et des emplacements possibles des Jardins suspendus. Les jardins suspendus de Babylone n’ont jamais pu être identifiés avec certitude sur le site. Aucun texte babylonien ne les évoque, si l’on excepte le cas de Bérose. Selon lui, les jardins suspendus étaient localisés dans une construction du Palais sud, le bâtiment voûté, situé au nord-est de l’édifice près du mur d’enceinte intérieur. Cette identification s’appuie sur la présence de 14 chambres voûtées, de murs épais pouvant supporter une construction lourde, ainsi que de trois puits juxtaposés ayant pu servir pour une machine hydraulique importante alimentant les jardins.

230 mètres, construit sur le bord de l’Euphrate au temps de Nabuchodonosor II. Il semble en mesure de supporter une construction sur terrasses, mais Wiseman ne se limite pas à celle-ci, puisqu’il restitue un vaste complexe en amphithéâtre ouvrant sur un parc plat. Stevenson, l’emplacement pourrait avoir été recouvert par l’Euphrate à l’époque néo-babylonienne, et sinon exposé aux vents du désert venant du nord. De toute manière le fait qu’il y ait eu de la place disponible pour le parc à l’endroit où il est situé n’est pas prouvé.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.