Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle : 10 volumes PDF

L’histoire de la Picardie remonte au Paléolithique, époque où les hommes de la Préhistoire s’installèrent sur les terrasses alluviales de la dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle : 10 volumes PDF de la Somme. Elle se poursuivit au Néolithique, époque où l’on se sédentarisa et cultiva la terre.


La nomenclature du Dictionnaire (plus de 160000 entrées) offre toutes les richesses de la vieille langue, mots de la langue du Moyen Age que le français moderne n’a pas conservés, sauf quand ces mots, encore vivants, ont des significations qui ont disparu. Accumulant les exemples empruntés aussi bien aux sources imprimées qu’aux manuscrits des bibliothèques et des archives, Frédéric Godefroy s’est astreint à suivre l’histoire des mots dans la langue parlée, les divers idiomes populaires, les dialectes, les noms de personnes et de lieux. Comme Du Cange, il a même enregistré des termes, le plus souvent techniques, dont le sens précis avait échappé à ses recherches en les faisant suivre d’un point d’interrogation de doute. En somme, le Godefroy réunit la plus riche collection de mots et de formes qu’il était possible de constituer. Sous chaque entrée ou sous-entrée le Dictionnaire rassemble toutes les formes orthographiques prises par un même mot au long des siècles et en donne la traduction en français moderne, signalant les sources avec un luxe inhabituel de détails. Les définitions s’appuient sur un grand nombre d’exemples et de citations. Godefroy a abjuré tout purisme pour accueillir non seulement les mots qu’il appelle  » bien faits et durables  » consacrés par les meilleurs écrivains des XIe, XIIe et XIIIe siècles (environ 370 000 extraits d’auteurs!) mais aussi tous les autres, en poussant jusqu’au XVe siècle, y compris les nombreuses références scientifiques ou juridiques recueillies dans les chartes françaises et latines.  » Pour le bien de la science « , ce sont ses mots, F. Godefroy a sacrifié toute son existence à son dictionnaire  » dont le Complément et l’amélioration sont, écrit-il, la suprême ambition de sa vie  » (t. II, p. I). Il l’a sans cesse remis sur le chantier, munissant chaque tome de corrections et d’additions, ajoutant deux volumes et demi de compléments, élargissant l’enquête aux mots archaïques et savants ainsi qu’aux mots du XVIe siècle. Avec le Dictionnaire de l’ancienne langue française F. Godefroy nous a donné un trésor lexicographique inestimable qui  » marque une date essentielle dans les études françaises  » (Jacques Monfrin).

Picard  désigna des hommes avant de désigner un territoire. Pays-Bas bourguignons et le royaume de France. Un gouvernement de Picardie fut alors créé, qui disparut à la Révolution française, les provinces laissant place aux départements. Terre d’invasion et de passage, la Picardie a une histoire qui fut souvent tragique, indissociable de celle de la France. Comme l’écrivit Jules Michelet :  L’histoire de l’antique France semble entassée en Picardie. Tableau de la France in Histoire de France, livre III, Paris, 1833.

Tapisserie de Beauvais, La Danse chinoise, carton de François Boucher. Calais et ses environs reconquis sur l’Angleterre. Ces territoires formaient une entité appelée, Gouvernement de Picardie. Ce Gouvernement de Picardie disparut à la Révolution française avec la création des départements. La province de Picardie en 1789. Cet article combine, autant que faire se peut, l’histoire de ces deux entités depuis l’apparition des premières industries lithiques. C’est à Boucher de Perthes, qui dans son ouvrage paru en 1847, Antiquités celtiques et antédiluviennes que l’on doit la naissance d’une discipline nouvelle, la préhistoire.

Albert Gaudry, Gabriel de Mortillet et Victor Commont comptent parmi les principaux préhistoriens ayant étudié le gisement préhistorique de Saint-Acheul à Amiens. Au Paléolithique moyen, entre 90 000 et 35 000, l’Homme de Néandertal s’installa dans la région y apportant la civilisation dite du Moustérien. Vers 35 000, l’Homo sapiens arriva au Paléolithique supérieur. On a retrouvé des sites d’occupation humaine et de débitage de silex du Magdalénien et du Périgordien dans les vallées de l’Oise et de la Somme.

Le Mésolithique est une période de transition entre le Paléolithique et le Néolithique. Après la dernière glaciation vers 8 à 9 000 avant notre ère, la forêt gagna du terrain. Vers 4 000 avant notre ère, La civilisation danubienne pénétra dans la région apportant avec elle, élevage du bétail, culture des céréales, fabrication de poterie et tombes individuelles. L’homme cessa d’être uniquement prédateur pour devenir également producteur. Au Néolithique, débutèrent les premiers défrichement de forêts.

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.