Cours de physique, tome 1. La Physique et ses méthodes PDF

Si ce cours de physique, tome 1. La Physique et ses méthodes PDF n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


La physique est la science qui tente de comprendre, de modéliser, voire d’expliquer les phénomènes naturels de l’univers. Elle correspond à l’étude du monde qui nous entoure sous toutes ses formes, des lois de sa variation et de son évolution. La physique développe des représentations du monde expérimentalement vérifiables dans un domaine de définition donné. Elle produit donc plusieurs lectures du monde, chacune n’étant considérée comme précise que jusqu’à un certain point.

La modélisation des systèmes physiques peut inclure ou non les processus chimiques et biologiques. D’autres estiment que chaque branche de la physique a son importance à part entière, sans forcément s’inclure dans l’un de ces ensembles. De plus, il se trouve qu’il n’y a pas de situation physique courante où ces deux dernières théories s’appliquent en même temps. La relativité s’applique au monde macroscopique et la physique quantique au monde microscopique. La physique classique est fondée sur des théories antérieures à la relativité et aux quanta. La physique est née avec les expériences répétées de Galilée qui n’accepte, au-delà des principes et des conventions issus des schémas mathématiques, que des résultats mesurables et reproductibles par l’expérience.

Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance de la nature qui se perpétue en restant essentiellement la même avec le retour des saisons ou des générations vivantes. Le terme ancien est perpétué par la tradition de la philosophie antique. Son praticien, un médecin ou autrefois un apothicaire, est dénommé fisicien dès 1155. En anglais le terme subsiste avec la graphie savante : a physician. La fisique est aussi la connaissance des choses de la nature. Le praticien ne soigne-t-il pas avec les dons de la nature, les herbes et les plantes, les substances minérales, animales ou végétales ? Loys Garbin le cite dans son vocabulaire latin-français publié à Genève en 1487, où il désigne  ce qui se rapporte à la nature  mais le substantif s’affirme comme science des choses naturelles.

Elle correspond alors aux sciences naturelles ou encore à la philosophie naturelle. Paris, on compte par exemple une chaire de philosophie naturelle au collège de Clermont, occupée notamment par Ignace-Gaston Pardies. Article détaillé : Histoire de la physique. Portrait de Galileo Galilei par Giusto Sustermans en 1636. Selon lui, les lois de la nature s’écrivent en langage mathématique.

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.