Cotes-d’Armor Nouvelles Affaires Criminelles PDF

Carte des îles du bailliage de Jersey. Jersey est la plus grande des îles Anglo-Normandes, dont la capitale est Saint-Hélier. Elle appartient au bailliage de Cotes-d’Armor Nouvelles Affaires Criminelles PDF. Auguste Longnon s’accordent sur l’origine scandinave de l’élément -ey dans le cas des Îles de la Manche.


Si les Côtes-du-Nord sont devenues les Côtes-d Armor en 1990 un nom certes plus enchanteur, et plus breton , le département, en changeant d appellation, n a pas effacé toutes les affaires criminelles qui ont marqué plus ou moins profondément son histoire. Et ces drames en tous genres ne se sont pas cantonnés aux plages de sable fin et à la façade maritime : l arrière-pays et ses habitants en ont aussi été des victimes ou des témoins. Pour ce second tome, Danièle Vaudrey a choisi de traiter d affaires plus récentes, tout en revenant sur d anciens crimes qui méritent eux aussi l intérêt des lecteurs. Pour traiter de faits divers dont le souvenir est parfois encore vif, elle n a pas hésité à faire appel notamment à la mémoire populaire, en plus des archives et de la presse dont elle disposait. En outre, la Bretagne étant une terre de légendes et d énigmes, elle s est attachée à mettre au jour des affaires toujours plus mystérieuses, et toujours plus passionnantes. Il n est pas anodin que de nombreux lecteurs du premier tome aient réclamé une suite !

Le littoral normand a évolué au cours des millénaires. Au moment de la Pangée, l’Europe était accolée au continent nord-américain. Elle s’en écarte progressivement, et l’océan Atlantique s’engouffre entre les deux masses de terre. Durant le Pléistocène, le niveau de la mer remonte très au-dessus du niveau actuel.

Le territoire de la commune était donc sous les eaux, excepté le petit hameau de La Houlgate. Le littoral se trouvait alors à plus de 600 kilomètres des côtes actuelles. Ce va-et-vient maritime a progressivement isolé les îles Anglo-Normandes des côtes du Cotentin. De cette transgression marine, subsiste le souvenir de la forêt de Scissy qui devait alors s’étendre entre les îles Anglo-Normandes et les côtes du Cotentin. Vue aérienne de Jersey depuis le nord. Il y a 180 000 ans, Jersey se présentait comme un plateau rocheux dans la plaine qui s’étendait à la place du nord de l’actuelle Manche. Des chasseurs de mammouths et de rhinocéros fréquentaient certaines cavernes des falaises de Jersey.

Devenue île il y a environ 8 000 ans avec la montée des océans induite par la fonte des calottes glaciaires, elle fut colonisée par des fermiers néolithiques qui y construisirent les dolmens et monuments funéraires et culturels que l’on peut encore admirer aujourd’hui. Des caches de pièces de monnaie démontrent la colonisation de l’île par des tribus celtiques vers 300 av. De la période gallo-romaine, il reste peu de traces, mais on a trouvé des preuves archéologiques qui témoignent de l’existence de commerce entre les tribus celtiques de l’île et le continent. Il existe aussi les restes d’un fanum, petit temple gallo-romain, au Pinacle, lieu sacré préhistorique des landes du nord-ouest. Hélier aurait évangélisé Jersey, demeurant une quinzaine d’années sur un rocher dans la baie de la Ville avant son martyre aux mains de pirates. Le village construit autour de l’église fondée à sa mémoire sur les dunes de la côte voisine est devenu la ville de Saint-Hélier, capitale de l’île. Saint Samson de Dol a également visité Jersey et des communautés monastiques celtiques ont occupé des lieux à Jersey pendant cette période.

Les incursions des Vikings et l’établissement consécutif de colons anglo-scandinaves ont marqué la toponymie de l’île. Normandie Guillaume Longue-Épée, à charge pour lui de les conquérir. Selon le Jersiais Wace, le duc de Normandie Robert le Magnifique a visité Jersey vers 1030. La conquête de l’Angleterre en 1066 a lié l’île pour la première fois à la Couronne d’Angleterre. En 1155, l’abbaye de Saint-Hélier a été fondée sur l’îlot à côté de l’Hermitage de Saint-Hélier.

En 1204, le roi de France Philippe-Auguste conquiert la Normandie. Les îles de la Manche restent sous le contrôle de Jean sans Terre, roi d’Angleterre et duc de Normandie. Le château de Mont-Orgueil est construit afin de défendre l’île contre les Français. Aujourd’hui, le château, qui domine la côte à l’est de l’île, est un grand lieu d’intérêt pour les touristes et un symbole de l’indépendance de Jersey.

Titre officiel de la Reine d’Angleterre, souverain britannique et duc de Normandie. Réforme, un déluge de livres liturgiques imprimés à Genève ou aux Pays-Bas ont influencé le calvinisme qui avait triomphé à Jersey. Sous le règne d’Élisabeth Ire d’Angleterre, le Seigneur de Saint-Ouën, Hélier de Carteret, reçoit la seigneurie de Sercq sous condition qu’il colonise l’île inhabitée afin de protéger Sercq contre des bandes de pirates qui se servaient de l’île comme base d’opérations. C’est Raleigh qui a sauvé le vieux château que l’on proposait de démolir afin de l’utiliser comme carrière pour la construction des nouvelles fortifications. Il ordonna qu’on laisse  ce noble château . Lors des perturbations de la guerre civile d’Angleterre, Jersey accueille Charles, Prince de Galles, héritier au trône. Après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685, arrivent nombre de huguenots.

This entry was posted in Religions et Spiritualités. Bookmark the permalink.