Correspondance (1899-1950) PDF

Antiquité, le Moyen Âge et l’époque moderne – et aux études parlementaires dans leur diversité. La revue est indexée dans la Bibliographie annuelle d’histoire de France, dans la base Scopus et l’International Bibliography of the Social Sciences. It deals with late modern and contemporary political history correspondance (1899-1950) PDF parliamentary studies, mainly in France and in Europe.


Entre 1899 et 1950, « Bypeed » et la « Petite Dame » – c’est-à-dire André Gide et Maria Van Rysselberghe – échangent plus de huit cents lettres : exemple rare d’un demi-siècle d’une amitié profonde et constante à travers tous les bouleversements. Ceux de l’Histoire : deux guerres mondiales (expérience du Foyer franco-belge pendant la Première, exil pendant la Seconde), la montée du nazisme et du communisme (voyage de Gide en URSS), la question coloniale (ses voyages en Afrique), mais aussi l’évolution morale et sociale. Ceux de l’intimité : la relation entre Maria et Aline Mayrisch, celle entre Gide et Marc Allégret, et bien sûr celle de l’écrivain avec la fille de Maria, Élisabeth Van Rysselberghe, qui lui donnera un enfant : Catherine.

Dans ces lettres où la littérature est le ferment de l’amitié, André Gide se montre à la fois joueur et sincère, parfois audacieux dans le style et la narration. À l’ombre de son grand homme, dont elle est souvent la première lectrice et critique, la Petite Dame fait preuve d’admirables dons de description et de psychologie. Sa personnalité enthousiaste dresse un tableau vivant du Gide écrivain et du Gide intime, de leur petit groupe d’amis (Henri Ghéon, les Schlumberger, les Copeau, les Verhaeren, Marc Allégret, Martin du Gard, etc.) comme des affaires familiales ou domestiques.

Cette correspondance, parmi les plus importantes d’André Gide, vient précieusement compléter d’un côté les Cahiers de la Petite Dame (qui commencent en 1918) et de l’autre son Journal, publiés chez Gallimard. Éditée et annotée par Peter Schnyder et Juliette Solvès, elle nous permet d’aborder, dans un univers lettré et cultivé, la « fabrique » de l’écrivain.

Each thematic issue contains about ten original articles, commented rare sources and a book review. Faut-il tourner le dos à la politique ? L’Espagne vient de traverser une crise politique sans précédent depuis la mort de Franco. De décembre 2015 à octobre 2016, la monarchie parlementaire espagnole n’a pu se doter d’une majorité parlementaire en dépit de deux élections générales. Articles de recherches et commentaires de sources convoquent différents acteurs, représentants, partis, agents économiques et médias et examinent non seulement leurs pratiques, de la résistance à la fraude électorale en passant par le caciquisme, mais aussi leurs relations à la nation, leurs territoires et leurs mémoires. Un nouveau regard est ainsi porté sur une Transition démocratique espagnole qui n’en finit pas. L’âge d’or du caciquisme en Espagne.

La droite à l’épreuve de la démocratie. Geoffroy Huard, Les Gays sous le franquisme. Comment, dans ce contexte, défendre la paix, comment la préparer puis la promouvoir pendant et au lendemain d’une guerre totale que l’on voudrait croire être la Der des Der ? Un jeu complexe s’instaure entre les parlementaires et les sociétés civiles qu’ils sont censés représenter, en un moment crucial pour la conception et la mise en œuvre de la Paix. Ce dossier, constitué d’études de cas et de commentaires de sources sur la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne avant, pendant ou après la Première Guerre mondiale, évalue la façon dont les parlements traduisent ou non les aspirations pacifistes de leurs sociétés civiles. Réciproquement, il montre comment des opinions publiques pacifistes, y compris féministes, peuvent influencer leurs représentants et le débat démocratique.

Des parlementaires au service de la paix. La création d’un pacifisme parlementaire ? Face à la Guerre civile espagnole. Jean-Paul Clément, avec le concours de Daniel de Montplaisir, Charles X. Rennes, PUR, 2015, par Didier Veillon.

Giovanni Mario Ceci, Moro e il PCI. Ils la qualifient de tournure familière et lui attribuent le sens de personne annonciatrice d’une mauvaise nouvelle. Celle-ci, capable d’affecter sur l’instant les comportements et les émotions d’une société, apparaît de manière occasionnelle et récurrente dans l’Histoire. Elles interrogent les modalités de formulation et de mise en scène de la mauvaise nouvelle, leurs échos immédiats et à plus long terme dans la mémoire collective et les interactions qui innervent le dialogue entre les  oiseaux de malheur  et la société. Information et prise de conscience de l’inéluctable. La capture de François Ier, une mauvaise nouvelle ? Décider en guerre, entre loi et décret.

Bruno Martin-Gay,  Le coup d’État en permanence  ? Bertrand Goujon, Du sang bleu dans les tranchées. Notre république est une amitié . Dans le contraste entre le titre et l’incipit d’un même livre, deux aspects de l’amitié en politique se manifestent avec netteté. Amitié et politique : le témoignage d’un acteur de la politique contemporaine. Les auteurs interrogent ainsi les liens qui se tissent entre l’intrigue parlementaire et l’intrigue romanesque et montrent la fascination réciproque de deux parlementeurs, l’homme de lettres et l’homme politique, le roman participant souvent à l’antiparlementarisme ambiant.

Des normes, officielles ou implicites, régulent l’exercice de l’activité politique en France, qu’il s’agisse du respect du cadre républicain, des règles du jeu politique et de l’affiliation partisane, ou de l’autocontrôle de son discours et d’une modération de ton propres au débat public. Ernest Psichari, mort au champ d’honneur . Histoire des présidents de la République. La vie d’une revue scientifique n’est pas un chemin semé de roses.

This entry was posted in Droit. Bookmark the permalink.