Chagall : Les vitraux PDF

Le vitrail de l’Arbre de Vie de Chagall chagall : Les vitraux PDF la chapelle des Cordeliers de Sarrebourg. Chagall à la chapelle des Cordeliers de Sarrebourg. Le vitrail de l’Arbre de Jessé et le vitrail de Chagall de la cathédrale de Reims : le travail de Charles Marq. Marc Chagall au Musée de Grenoble.


Le Marchand de bestiaux », et le « Songe d’une nuit d’été ». L’Arbre de Vie » est en adéquation parfaite avec l’œuvre de Sarrebourg. L’Arbre de Vie est un thème présent depuis le début de l’Histoire dans toutes les Civilisations, en dehors ou dans le cadre des symboles religieux. Mais j’aime ce vitrail parce qu’il peut simplement représenter la floraison de la Vie, née de la Terre et de la Mère et trouvant son épanouissement dans l’Amour, symbolisé par l’étreinte qui unit le couple central. Mille visages sont discernables dans les ballons rouges qui l’entourent. Mon blog se nomme lavieb-aile, et cette image de la Vie belle et odorante comme un bouquet pourrait lui servir d’emblème. Marc Chagall, chapelle des Cordeliers de Sarrebourg.

Lorsque la municipalité de Sarrebourg décida de restaurer la chapelle des Cordeliers, le projet fut confié à Robert Renard, architecte en chef des Monuments historiques, et à Eugène Voltz, architecte des Bâtiments de France. Seul le chœur gothique fut restauré et l’ancienne caserne qui occupait la nef fut démolie. Dans un courrier à Pierre Messmer, maire de Sarrebourg, Chagall exprime l’intention de traiter le thème de la Vie en lien dans son esprit avec celui du Paradis. En 1974, il exécuta une suite de six esquisses à l’aquarelle, à la gouache, à l’encre de Chine et  au crayon, en utilisant des collages de papiers et de tissus. Mais ses découpages puisent aussi dans son œuvre profane, dans son bestiaire, dans ses peintures de couples. Charles Marcq et Robert Renard présentèrent officiellement la maquette définitive à Pierre Messmer le 18 avril 1974. 1976 : la maquette est divisée par le quadrillage en 9 panneaux, ce qui est également le cas du vitrail.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.