Catholiques en démocratie PDF

Antiquité, le Moyen Âge et catholiques en démocratie PDF’époque moderne – et aux études parlementaires dans leur diversité. La revue est indexée dans la Bibliographie annuelle d’histoire de France, dans la base Scopus et l’International Bibliography of the Social Sciences. It deals with late modern and contemporary political history and parliamentary studies, mainly in France and in Europe. Each thematic issue contains about ten original articles, commented rare sources and a book review.


De toutes les organisations catholiques, l’Association catholique de la jeunesse française, forte de ses mouvements spécialisés (JAC, JEC, JIC, JOL), s’impose à l’historien comme le principal lieu de formation à l’engagement des catholiques dans la société et la vie politique, au renouvellement desquelles elle participe. Ses anciens militants ou dirigeants se retrouvent aux origines du PDP ils créent et animent Politique, puis se retrouvent nombreux à la tête du MRP avant qu’ils ne s’en détournent pour lui préférer le mendésisme, puis les clubs socialisants et, pour une part, contribuer à la rénovation du parti socialiste. On les retrouve encore parmi ceux qui font évoluer la CFTC vers la déconfessionnalisation ou qui transforment activement le monde agricole. L’ACJF prend aussi position sur les grandes questions qui agitent la vie démocratique. Elle milite vigoureusement contre le nationalisme de l’Action française et s’engage au côté d’Aristide Briand pour la Sécurité collective et la construction européenne dès les années 1930. Elle dénonce la menace nazie, défend les valeurs démocratiques héritées de la Révolution française, s’oppose assez vite, avec les autres mouvements de jeunesse, à la révolution nationale et à ses velléités fascisantes, et entre bientôt en dissidence, refusant publiquement le STO. Engagée dans la construction d’une Europe pacifiée après la Libération, elle trouve en Pierre Mendès France un accueil favorable à ses revendications en matière de politique de la jeunesse ; mais sa lucidité précoce sur les mutations de la société française et son engagement contre la guerre d’Algérie scellent sa chute. Elle mesure très tôt tout ce que l’engagement des catholiques en démocratie implique dans ses rapports avec l’autorité ecclésiastique. Elle pose avec force et précocité la question du statut et du rôle du laïc dans l’Eglise et sa spécificité par rapport au sacerdoce, en particulier dans sa vocation apostolique reconnue par la hiérarchie – ce laïc par ailleurs citoyen libre d’une société démocratique. Elle disparaît en 1956 d’avoir voulu répondre à cette question, et la crise qui l’emporte, si elle en annonce d’autres ; est aussi l’un des ingrédients de celle dont l’Eglise n’est toujours pas sortie.

Faut-il tourner le dos à la politique ? L’Espagne vient de traverser une crise politique sans précédent depuis la mort de Franco. De décembre 2015 à octobre 2016, la monarchie parlementaire espagnole n’a pu se doter d’une majorité parlementaire en dépit de deux élections générales. Articles de recherches et commentaires de sources convoquent différents acteurs, représentants, partis, agents économiques et médias et examinent non seulement leurs pratiques, de la résistance à la fraude électorale en passant par le caciquisme, mais aussi leurs relations à la nation, leurs territoires et leurs mémoires. Un nouveau regard est ainsi porté sur une Transition démocratique espagnole qui n’en finit pas. L’âge d’or du caciquisme en Espagne. La droite à l’épreuve de la démocratie.

Geoffroy Huard, Les Gays sous le franquisme. Comment, dans ce contexte, défendre la paix, comment la préparer puis la promouvoir pendant et au lendemain d’une guerre totale que l’on voudrait croire être la Der des Der ? Un jeu complexe s’instaure entre les parlementaires et les sociétés civiles qu’ils sont censés représenter, en un moment crucial pour la conception et la mise en œuvre de la Paix. Ce dossier, constitué d’études de cas et de commentaires de sources sur la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne avant, pendant ou après la Première Guerre mondiale, évalue la façon dont les parlements traduisent ou non les aspirations pacifistes de leurs sociétés civiles. Réciproquement, il montre comment des opinions publiques pacifistes, y compris féministes, peuvent influencer leurs représentants et le débat démocratique.

Des parlementaires au service de la paix. La création d’un pacifisme parlementaire ? Face à la Guerre civile espagnole. Jean-Paul Clément, avec le concours de Daniel de Montplaisir, Charles X.

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.