Carte géologique : Pithiviers PDF

Bordée par l’Œuf, elle se situe sur le socle calcaire de l’ancien lac de la région naturelle de la Beauce et présente carte géologique : Pithiviers PDF de reliefs. Un camp de prisonniers, puis de transit, fut installé dans la commune sous le Régime de Vichy durant la Seconde Guerre mondiale. Les secteurs de l’agroalimentaire et de la pharmacie sont relativement développés, mais la ville perd régulièrement de la population depuis 1975. Carte de la commune de Pithiviers et des communes limitrophes.


Situé dans le bassin parisien, le territoire est inclus dans le périmètre de l’ancien lac de Beauce. Les formations géologiques calcaires datent d’il y a environ 23 à 20 millions d’années, au début du Miocène, période de l’ère géologique actuelle. Sur le territoire communal, l’altitude varie de 97 au sud à 130 mètres au nord. L’Œuf, qui se jette dans l’Essonne, affluent de la Seine passe en limite sud. Le climat de la commune est tempéré et océanique dit dégradé, ou à nuance continentale.

L’hiver est doux, mais avec une période de gel, l’été peut être chaud. Le camp de Pithiviers en 1941. Il y avait un château à Pithiviers qui incluait la collégiale Saint-Georges et le donjon construit par Héloïse de Pithiviers. Aujourd’hui le Théâtre du Donjon évoque son souvenir à proximité. Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 2 800 réfugiés espagnols fuyant l’effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent dans le Loiret.

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loiret. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ce camp est transformé en camp de prisonniers puis en camp de transit avant le départ pour les camps d’extermination nazis. Après la guerre, en 21 ans, la ville gagna rapidement 3 000 habitants en passant de près de 7 000 habitants en 1954 à plus de 10 000 en 1975. Article connexe : armorial des communes du Loiret. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.

Réseau routier principal de la commune de Pithiviers. La commune est traversée par sept routes départementales : la RD 2152, la RD 921, RD 928, la RD 123, la RD 26, la RD 22 et la RD 726. La RD 2152, qui traverse l’agglomération pithiveraine, correspond à l’ancienne route nationale 152. Les travaux de construction du dernier tronçon reliant la RD 2152 à la RD 928 au nord de l’agglomération, d’une longueur de 1540 m, ont débuté en juillet 2010, ont duré un an et ont été inaugurés le mars 2012.

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.