Carnets d’Asie PDF

Un carnets d’Asie PDF de Wikipédia, l’encyclopédie libre. L’orange est un agrume, fruit des orangers, des arbres de différentes espèces de la famille des Rutacées ou d’hybrides de ceux-ci.


«Mes carnets d’Asie ne sont rien que des notes personnelles, impressions griffonnées sur mes genoux, au bord d’une rizière ou dans un bus de fer-blanc, couvrant des pages et des pages barbouillées de sueur ou étoilées de pourpre par un moustique gorgé mais vaincu.»

En revisitant ses souvenirs rapportés de Thaïlande et d’Insulinde, Gabrielle Wittkop a élaboré – avant sa disparition – ce parcours idéal où le temps s’incline devant une région à la richesse infinie. Carnets d’Asie oscille entre le journal de voyage et l’intime expérience extrême-orientale : chaque récit nous plonge avec une sensibilité exacerbée dans des cultures, des épopées mythiques, des instants de vie uniques.

Comestible, elle est réputée pour sa teneur en vitamine C, bien que cette dernière ne soit pas particulièrement haute comparée à d’autres fruits et légumes. C’est le quatrième fruit le plus cultivé au monde. L’orange a donné son nom à la couleur qui, sur le cercle chromatique, prend place entre le rouge et le jaune. Comme son nom l’indique, elle est en Europe de couleur orange. Il s’agit, en terme botanique, d’une baie qui possède une peau épaisse et assez rugueuse. Elle se découpe en quartiers comme sa cousine la mandarine.

L’orange est un fruit juteux, sucré, excitant et il contient de la vitamine C. Les oranges sanguines tirent leur nom de la couleur totalement ou partiellement rouge de leur chair. Cette coloration est due à la présence d’anthocyane, dont la synthèse démarre chez certaines espèces quand elles subissent un coup de froid. Les anthocyanes de l’orange sont à l’origine bleues mais virent au rouge en présence de l’acidité de l’orange.

L’orange appartient au groupe des agrumes, comme le citron, la bergamote et le pamplemousse. Obtenue par mutation spontanée de Citrus sinensis au couvent de Benimuslen, Castellon de la Plana en Espagne. Portrait de la Marquise de Pompadour par François Boucher avec un oranger en arrière-plan, 1759. On peut distinguer deux grandes routes de pénétration de ce fruit en Europe. Perses aux Arabes, ce fruit fut implanté en Andalousie, Sicile et Pays valencien, d’où il se diffusa vers le reste de l’Europe. Pour consommer ce fruit tous les mois de l’année, des oranges dites de contre-saison sont cultivées.

Cette production en zone tempérée chaude réduit l’extension des surfaces de production dans l’hémisphère Sud. Le Chili, l’Uruguay, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande s’imposent. L’exemple de l’Uruguay est ici précisé. Lors de l’indépendance algérienne, des producteurs d’oranges français, décident d’émigrer en Uruguay pour y réimplanter leurs cultures fruitières.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.