Brancardiers ! : Des soldats de la Grande Guerre PDF

Abeille Dans l’argot des combattants, désigne les balles, sans doute en raison du sifflement qu’elles produisent. On peut aussi rencontrer la variante « frelons ». Albert Dauzat, L’Argot de la guerre, d’après une enquête auprès des brancardiers ! : Des soldats de la Grande Guerre PDF et soldats, Paris, A.


Pourquoi traiter des brancardiers et de leur fonction ? La réponse trouve son origine dans la réalisation d’un de mes ouvrages antérieurs. En étudiant le fonds photographique du médecin Max Lumiere, mon regard a été attiré par un groupe d’hommes, les brancardiers, parfois présent sur ses clichés. Mes recherches m’ayant amené à consulter les écrits de plu-sieurs médecins du front afin de connaître les conditions de vie et de travail de Max Lumiere, j’ai noté qu’ils les évoquent régulièrement et en font parfois l’éloge. Intrigué, j’ai voulu en savoir plus sur ces soldats dont je pressentais l’ampleur du rôle joué dans le conflit, rôle que je n’avais jusque-là fait qu’effleurer. Concentrant mon attention sur eux, j’ai pu être surpris du nombre de mentions rapportant leur existence au sein des écrits des combattants. Qu’ils soient détestés ou enviés, rabaissés ou honorés, que ce soit en quelques pages, quelques lignes, quelques mots, leur présence plus ou moins discrète reste régulière. Les tragédies journalières du conflit rendant leurs tâches indispensables, ils font partie de la vie quotidienne du front et leur fréquentation devient presque banale pour les hommes des tranchées. J’ai fait le choix de me consacrer essentiellement aux brancardiers fréquentant les tranchées, ceux que les soldats présents en ligne croisent quotidiennement. Cet ouvrage est illustré de 80 photographies d’époque.

Les mitrailleuses boches sont braquées sur elles à demeure. Daniel Mornet, Tranchées de Verdun, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1990 , p. Un homme, près de moi, dit en riant : « Tiens ! Maurice Genevoix, Ceux de 14, Paris, Flammarion, 1950, réed.

Seuil, coll « Points », 2 septembre 1914, p. Les abris se développent et s’améliorent avec l’installation dans la guerre des tranchées, et sont généralement creusés en contrebas dans le flanc d’une tranchée. Ils sont souvent trop petits pour contenir tous les hommes d’une portion de tranchées, qui peuvent s’y relayer. Le Chemin des Dames, de l’événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004, pp.

Louis Barthas, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, Paris, La découverte, 1997, p. Cette nuit j’ai dormi comme une brute. 77, qui l’a quelque peu disloqué. Ivan Cassagnau, Ce que chaque jour fait de veuves, journal d’un artilleur 1914-1916, Paris, Buchet-Chastel, 2003, p. Il nous donne une sécurité momentanée, qui est grande, si elle n’est pas absolue.

Une étroite fenêtre m’éclairait et me permettait d’inspecter l’horizon. L’ennui, c’était qu’une fois couché on pouvait recevoir une balle par la fenêtre. Un de mes prédécesseurs avait été blessé de cette façon. Marc Bloch, « Souvenirs de guerre », L’Histoire, la Guerre, la Résistance, Paris, Gallimard, coll. L’armée d’active comprend avant la mobilisation les militaires professionnels et les conscrits effectuant leur service militaire, par opposition à la « réserve » constituée des hommes ayant déjà effectué leur service, et de la « territoriale » constituée des hommes de plus de trente-cinq ans à la mobilisation.

This entry was posted in Cuisine et Vins. Bookmark the permalink.