Bastien d’Escoublac, 1971 : PDF

Le monument aux morts et l’église Saint-Sébastien. Le territoire de la commune est occupé au plus tôt 3 000 ans avant notre ère. Cambronne, habitant de la commune de 1822 à 1842. Au cours de la Révolution, malgré la proximité bastien d’Escoublac, 1971 : PDF Nantes, la commune prend massivement partie contre la République et se joint à l’insurrection vendéenne de mars 1793.


C’est la 5e ville du département de la Loire-Atlantique en termes de population et la 26e plus petite, en superficie. Saint-Sébastien est située sur la rive sud de la Loire, à proximité immédiate de Nantes : le centre-ville de Saint-Sébastien se trouve à 4 km au sud-est de celui de Nantes. Les communes limitrophes sont Nantes, Basse-Goulaine et Vertou. Sèvre, mais également les îles de la Loire qui forment actuellement l’île Beaulieu. 4e circonscription électorale de la Loire-Atlantique avec Nantes-sud, Rezé, Bouguenais. La commune s’étend sur un plateau de faible altitude qui se termine le long de la Loire par un abrupt très marqué : la côte Saint-Sébastien.

Le pied de la côte a été exhaussé lors de la construction du boulevard des Pas Enchantés, qui est ainsi à peu près à l’abri des inondations. En contrebas, se trouve l’étendue inondable des îles. Patouillère marque à l’est la limite entre Saint-Sébastien et Basse-Goulaine. L’aéroport de Nantes Atlantique se situe à 15 minutes du centre de Saint-Sébastien-sur-Loire. Boulevard Urbain  Nantes-Bordeaux  : La Grèneraie, Bonne Garde et Route de Clisson. Saint-Sébastien est traversée par la ligne ferroviaire Nantes – Saintes.

1962, cela devient une baignade organisée par le Cercle nautique de Saint-Sébastien. L’envasement des rives entraîne la fermeture en 1976. Elles sont occupées par des aires de jeux, des promenades, une zone VTT, un terrain de golf et un centre d’équitation. Ile Héron est séparée des précédentes par le Gourdeau qu’aucun pont ne traverse. Propriété privée, conservée à l’état naturel, elle est protégée par une charte signée par la ville de Saint-Sébastien-sur-Loire et le conseil général de la Loire-Atlantique. Le boulevard des Pas-Enchantés, qui longe les Îles et la Grève a été aménagé de façon à canaliser la circulation automobile et à améliorer la qualité du paysage : établissement d’un cheminement piétonnier et cyclable, plantation de roseaux. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.

Le village d’Aigne prend le nom du patron de la paroisse et devient Saint-Sébastien-d’Aigne au XVe siècle. Jusqu’en 1789, la paroisse s’appelle Saint Sébastien d’Aigne. 1920 où le nom de Saint-Sébastien-sur-Loire est adopté par la municipalité, après le refus par le ministère des Postes de Saint-Sébastien-lès-Nantes, nom que l’on trouve pourtant fréquemment sur les cartes postales d’avant la Première Guerre mondiale. Depuis quelques années, la municipalité utilise pour sa communication la dénomination Saint-Sébastien Sud Loire. Engniam dans une charte de 1287 émanant de l’évêque de Nantes et énumérant un certain nombre de paroisses de la région. Engniam ne paraît pas pouvoir être mis en relation avec Aquis. Une étymologie envisageable est un mot celte, eginn, hauteur.

Une autre relie Engniam à la localité italienne d’Aniane, lieu d’origine du mouvement bénédictin. Les premiers occupants s’installent le long de la Loire entre 3 000 et 2 200 ans avant Jésus-Christ. Bretons, commandés par Nominoë, sur les Francs, que le nord du pays d’Herbauges est rattaché au comté de Nantes et à la Bretagne. Mais il reste longtemps un enjeu pour les puissances féodales voisines, en particulier les comtes d’Anjou.

En 851, par le traité d’Angers confirmant la victoire bretonne sur le royaume franc de Charles le Chauve, l’ensemble de la Marche de Bretagne, ainsi que les territoires environnants Nantes, au sud de la Loire, sont incorporés au royaume breton. Nantes, ne remettra pas en cause ce nouvel arrimage de la commune de Saint-Sébastien. L’expulsion des normands par Alain Barbe-Torte, petit-fils du dernier roi breton, et la transformation de la Bretagne en Duché, confirment la fixation de la limite orientale de la Bretagne. Il était certainement habité, mais pas suffisamment important pour être bien documenté. La plus ancienne mention concernant l’actuel territoire communal concerne Portechaise. Saint-Jouin, mais plus Saint Jacques, ce qui indique probablement que celle-ci est devenue une dépendance d’Aigne. Nantes organisait un pèlerinage officiel jusqu’à l’église de Saint-Sébastien.

This entry was posted in Droit. Bookmark the permalink.