Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires…. PDF

Il est fréquent chez l’enfant que les symptômes soient peu déterminés, surtout quand il est jeune. 3 mécanismes doivent être expliqués pour aider un enfant, même sans diagnostic : Le mécanisme des humeurs dans le cerveau, les mécanismes des émotions et les mécanismes anxieux. Comorbidité : Il est enfin fréquent que la cyclothymie ne soit pas seule et que anorexie, boulimie, compulsions alimentaires…. PDF’enfant présente plusieurs pathologies en même temps.


Guérir d ‘une anorexie mentale, d ‘une boulimie ou de compulsions alimentaires graves n ‘est pas une  » mince  » affaire, ni pour les malades, ni pour leurs proches, ni pour les médecins qui les soignent. Nées du désir d’un corps filiforme prôné par une société avide de paraître, du désarroi affectif face à un entourage hors de portée et d’un énorme manque de confiance en soi, qui pousse à un besoin de maîtrise insatiable, ces maladies enferment leurs victimes dans un univers de souffrance solitaire. Pour franchir toutes les étapes vers la guérison, il faut de la méthode et de la persévérance. II faut au malade accepter de se faire aider. II faut à l’équipe soignante une stratégie associant les approches nutritionnelle, psycho-comportementale, voire psychanalytique. Cet ouvrage donne des pistes pour comprendre et agir à toutes les personnes – malades, parents, amis, thérapeutes – concernées par un trouble du comportement alimentaire

C’est ce déficit attentionnel qui entraîne l’hyperactivité de l’enfant. L’hyperactivité n’est donc que la partie visible de l’iceberg poussant à nous faire oublier que le véritable trouble est un déficit attentionnel. Il existe aussi des déficits d’attention sans hyperactivité : TDA. Ce sont bien souvent les filles qui entrent dans ce tableau là. Insistons sur l’aspect attentionnel car sans lui, il n’y aurait pas d’hyperactivité. Autrement dit, l’hyperactivité seule n’existe pas. H n’acceptent pas la réduction du terme à simplement hyperactif .

Le TDAH est un trouble neuropsychiatrique. Pas de conduites focalisées sur un but. Le TDAH fait partie des symptômes de la cyclothymie juvénile. Il semble que l’enfant typiquement TDAH est ennervant pour les autres. L’enfant cyclothymique lui est décrit comme attachant malgré ses comportements. Enfin l’hyperactivité chez l’enfant cyclothymique est fluctuante. Quand les enfants sont petits, il est difficile de faire la différence.

This entry was posted in Romans et littérature. Bookmark the permalink.