Anatomie Generale, Appliquee a la Physiologie Et a la Medecine (1, V. 1) PDF

Le terme  odontologie  est apparu en 1771 au sein de la littérature française. Le nom commun  odonte  correspond au anatomie Generale, Appliquee a la Physiologie Et a la Medecine (1, V. 1) PDF savant désignant l’organe dentaire.


Littéralement, il se définit comme le praticien exerçant l’odontologie. Les premiers signes connus de la pratique de l’odontologie remontent au premier Homme, Homo habilis, qui apparaît il y a environ deux millions d’années. Mehrgarh dans l’actuelle province pakistanaise du Balouchistan, près de la frontière afghane. Ce nouvel état sanitaire a fait se développer les prémices de la chirurgie dentaire. Les chercheurs opérant sur le site de Mehrgarh émettent l’hypothèse que certaines plantes anesthésiantes auraient pu être utilisées en raison de l’intense douleur d’une telle opération si la dentine était atteinte.

Amérique du Nord avant les premiers contacts européens. En Chine, les dents étaient blanchies avec de la poudre à base de musc et du gingembre et les obturations réalisées avec des excréments de chauve-souris. De nombreux médecins grecs et romains ont écrit sur le traitement des maladies dentaires. On peut citer notamment Hippocrate, Celse, Scribonius Largus, Pline l’Ancien ou encore Claude Galien. En ce qui concerne la Rome antique, on sait peu de chose sur la pratique des dentistes et aucune législation n’a été retrouvée. On sait par contre que l’hygiène dentaire était présente, on note également l’utilisation de cure-dents en os et de brosses à dents.

INRAP a découvert le squelette d’une femme portant à la mandibule supérieure une prothèse en fer à la place d’une dent manquante. La défunte, d’un statut social élevé, disposait d’un véritable pivot. Al-Razi, l’un des plus grands médecins perses, conseille une hygiène dentaire stricte avec le nettoyage des dents après chaque repas. En Europe durant le Moyen Âge il n’y aura pas de découverte majeure. La pratique de la médecine devient alors le monopole de l’Église. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.

La limite entre la médecine et la superstition n’est pas encore nette. Mais peu à peu, au risque de leur vie, les scientifiques acquièrent des connaissances en anatomie et en médecine. Elle connaît des découvertes en pharmacologie, chirurgie, urologie, obstétrique, ophtalmologie. Les barbiers se retrouvent dans une position difficile. Pour augmenter leurs connaissances, ils doivent nécessairement disséquer.

Or ils n’en ont pas le droit. Les médecins les prennent alors comme assistants. Il donne les premiers dessins exacts que nous ayons des dents. Il croit, comme Celse, que les dents permanentes se développent sur les racines des dents de lait. Il était le médecin personnel de Charles Quint et de Philippe II d’Espagne. Il fut poursuivi par l’inquisition et mourut dans la misère. Il s’opposa aux idées reçues et mit en évidence les erreurs anciennes.

Il fut un grand médecin et un grand chirurgien. Contrairement à Galien, il ne croit pas que ce soient des os. Il distingue une substance externe corticale dure comme du marbre et une substance intime compacte. Il y a toutefois une totale absence de structure thérapeutique.

La seule odontologie opératoire est celle du colporteur et du barbier. Il faut avouer que les problèmes de santé ne préoccupent pas beaucoup les populations. Il fut barbier à Laval puis à Paris. Admis à l’Hôtel-Dieu de Paris en 1533, il devient compagnon chirurgien.

Il ouvre une boutique en 1539. La confrérie de St-Côme le demande. Il devient bachelier en 1554, licencié puis maître-chirurgien d’Henri II et de Charles IX. Il va proposer de nouvelles techniques. Malgré cela, cet instrument est encore mis de côté au profit du traditionnel marteau et du burin. Il établit également une relation étroite entre l’état de santé général d’une personne et sa santé dentaire, et voit dans le sucre l’une des causes des caries. Concernant la politique de traitement, il préconise l’utilisation des plombages pour remplir les cavités et ainsi limiter les déchets alimentaires pouvant s’y coincer.

This entry was posted in Romance et littérature sentimentale. Bookmark the permalink.