Abraham-Louis Breguet : L’horlogerie à la conquête du monde PDF

Père-Lachaise – Division 11 – Bréguet 03. Il est né en 1747 à Neuchâtel. C’est le grand-père de Abraham-Louis Breguet : L’horlogerie à la conquête du monde PDF Breguet.


Inventeur de génie, artiste et entrepreneur audacieux, Abraham-Louis Breguet (1747-1823) est souvent reconnu comme le plus grand horloger de tous les temps. À partir de Paris où il s’était établi, ce Suisse d’origine a étendu son réseau commercial à travers le monde, côtoyant, au fil des bouleversements de son époque, Marie-Antoinette, la famille Bonaparte, George IV d’Angleterre ou encore le tsar de Russie. Créations uniques de l’ère préindustrielle, les oeuvres de Breguet – montres, pendules ou chronomètres pour les sciences au style épuré – constituent des chefs-d’oeuvre tant artistiques que techniques.

Breguet ne révèle, de prime abord, aucune disposition particulière. Lors de sa quinzième année, il est placé en apprentissage d’horlogerie par son beau-père, lui-même horloger, aux Verrières, dans le Val-de-Travers. Abraham-Louis poursuit ensuite sa formation à Versailles et y reste dix années. Durant celles-ci, il rencontre Ferdinand Berthoud et Jean-Antoine Lépine qui lui enseignent l’art de l’horlogerie. Il perfectionne les montres perpétuelles qui se remontent toutes seules par le mouvement qu’on leur imprime en marchant, invente des ressorts-timbres, des cadratures de répétition, des échappements de toutes sortes, d’une délicatesse et d’une précision inouïes jusqu’alors, et emploie le premier les rubis en horlogerie pour les parties frottantes.

Cet habile mécanicien dans l’art de l’horlogerie devint alors rapidement un maître dans son art, inventant et fabriquant des instruments scientifiques pour les physiciens et les astronomes. Breguet devient maître horloger en 1784. Cinq ans plus tard, dans un climat de terreur consécutif à la Révolution française, Marat, un ami d’Abraham-Louis, conseille à ce dernier de quitter la France. Ce dernier avait effectivement été fournisseur à la cour de la reine. Breguet se réfugie donc en Suisse. Dès lors, toute sa carrière ne fut plus qu’une longue suite d’inventions et de perfectionnements. II a porté à un degré extraordinaire l’art le plus difficile peut-être, et sans doute l’un des plus importants que l’industrie humaine ait produits, celui de mesurer le temps avec précision.

Après la mort de Berthoud, Breguet fut choisi pour le remplacer comme horloger de la marine, et le Bureau des longitudes l’admit au nombre de ses membres. Puis, par ordonnance royale de 1816, il prit place à l’Académie des sciences, section de mécanique. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise. Thermomètre entièrement métallique de Breguet, remarquable par sa grande sensibilité.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.